· 

Ce que mon entourage pense de mon travail

Avant de commencer à lire cet article je tiens à préciser ceci : un graphiste freelance, c’est une personne qui joue à elle seule le rôle, d’une agence de communication.

 

 

Au Cameroun, le freelancing est encore un peu inconnu. Il est encore difficile d’expliquer à certaines personnes, qu’on travaille à notre propre compte ; qu’on n’a pas d’employé ou de collègue de bureau, qu’on travaille à la maison pour la plupart d’entre nous.

Quelques-unes de mes aventures personnelles m’ont poussé à récapituler dans cet article, la manière dont, le graphiste freelance est perçu. Par la famille, les amis et les anciens camarades.

 

 

 

Pour mes amis

 

 

Ici, c’est plus facile pour certains, parce qu’on est presque tous de la même génération donc il n’y a pas trop de questions néanmoins certains essayent souvent de se démarquer ( rire), je me souviens d’un ami qui est venu de Soa, en périphérie de Yaoundé, à chez moi, avec son MODEM pour que je le répare, comme je suis Infographe, en fait pour lui infographe signifie informaticien et ici un informaticien c’est quelqu’un qui connaît tout sur les ordinateurs, téléphone, modem…haha.

 

 

 

Pour mes anciens camarades

 

 

Ceux-ci c’est un peu spécial, parce que certains de mes anciens camarades sont déjà de grands cadres dans des multinationales, des enseignants … quand on se retrouve, généralement sur les réseaux sociaux, la question qui ne manque jamais c’est : qu’est-ce que tu deviens ? Tu fais quoi maintenant.

Pour qu’ils comprennent mon travail pour certains il faut, expliquer et réexpliquer mais ils s’accrochent à ce qu’ils comprennent : ‘‘OK... 
OK, tu es sérigraphe. OK, tu vends les t-shirts. Avec un ton parfois moqueur, mais on s'habitue.

 

 

 

Certains clients

 

 

Certains clients exigent de voir où je travaille, lorsque je leur explique que je suis indépendant et que mon bureau c’est ma maison, la confiance baisse. J’ai eu certains clients qui m’ont raccroché au nez dès que j’ai dit "' je suis indépendant, mon bureau c’est ma maison…'", j’ai les rappeler pour leur expliquer mon travail, certains ont compris et sont revenu avec beaucoup d’hésitation, d’autres m’ont surement Blacklisté.

Pour une autre partie, qui connaît quand même un peu sur le métier de graphiste, lorsqu’ils entendent que tu es freelance, forcement tu dois être moins cher que les autres et ils viennent avec cette idée dans la tête. Ce qui crée souvent des petites difficultés.

 

 

 

Pour ma famille

 

 

Pour mon père

 

Lui, je me souviens être partie à la maison familiale après le Mboa BD festival, il m’a demandé comment vont ‘’ Mes activités ". Je lui ai dit, tout content le sourire plein au visage, que ça se porte, bien et que j’ai même habillé un festival les deux dernières semaines avec ma marque de vêtements. Lui avec un petit sourire il m'a dit ‘’ c’est très bien.’’ Bon j’avoue j’étais très content mais c’était avant d’écouter la suite,‘' si tu réussis à un concours tu pourras utiliser ça comme seconde activité ‘’. Ha haha il m’a complètement cassé.
Je me rends compte que pour lui, graphiste, ce n’est pas un métier. Il faut que je sois sortie de l’E.N.A.M, enseignant ou architecte pour pouvoir estimer avoir un travail.

 

 

 

Pour ma mère

 

 

Elle c’est : tu dis même que tu fais quoi exactement. Est-ce que ça peut te permettre de nourrir, de payer ton loyer, de garder une femme et vos enfants ? Chaque fois qu’on a l’occasion de parler.
Le travail, pour moi, c’est de recommencer à lui expliquer ce que je fais, étape par étape, lui dire comment je fais pour avoir des clients, comment je vends mes produits et mes services…

J’avoue que cette façon de réagir, est parfois blessante, mais généralement je trouve cela drôle, parce que moi ça me permet de venter ce que je fais en donnant des arguments forts et en montrant à ceux à qui j’explique, que je vis ma passion et que je la vis bien.

 

Et vous comment votre entourage perçoit votre métier ?  

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    Patrick B*k*L*Y (lundi, 09 avril 2018 04:50)

    Souvent beaucoup n'ont pas la vision que tu as,toi seul peux les y conduire en leur montrant que tu avais raison. Parfois faut faire comme le gitan dans snatch: Tout parier sur soi même.

  • #2

    Yan (lundi, 09 avril 2018 05:24)

    Ce qui m'as toujours gagné, c que le plus part des gens pensent que être infographiste est pareil a être informaticien.
    J'ai déjà eu plein d'amis et même voisins qui me posent souvent leurs problèmes de maintenances.

  • #3

    Ynes (lundi, 09 avril 2018 05:26)

    Courage à toi Fabrice, les parents finiront par comprendre

  • #4

    Clautelk (lundi, 09 avril 2018 05:52)

    Avec ma petite expérience je conclus juste que nous ne sommes pas des robots pour toujours faire comme les autres ont fait et continuent a faire. Nous avons étudier pour créer et innover alors si nous sommes pationé par une activité ou un projet c’est déjà le moment de ce donner un sens a notre vie en ce battant pour son accomplissement. les mauvaises bouches ne manquerons jamais mais si tout le monde t'encourage juste pose toi des bonnes questions.

  • #5

    Blackyuss (lundi, 09 avril 2018 06:03)

    Mon pote c'est pareil partout pareil pour un gar ki dit kil est peintre ses proches pensent directement a peintre en bâtiment g dû peindre la piole de ma mater parcke pour elle c'est pareil donc courage rien ne nous arrête....

  • #6

    #AngeLiberté (lundi, 09 avril 2018 08:05)

    Clairement mon entourage pense que je suis un raté parce que je ne manque jamais l'occasion de dire que ma vie c'est l'art et bah, monfou à la fin. j'ai envie de donner tout pour ce en quoi je crois. Clair à un moment on a une certaine pression, surtout si on est encore dépendant mais moi je dis, un parent doit s'assurer de l'avenir de son enfant dans ce qu'il entre prend, peu importe ce que ça lui coûte, jusqu'au dernier souffle de sa vie tant que ça lui est encore possible. Je vais finir artiste ou rentrer chez mes parents... F**CK les préjugés sociaux.
    J'ai kiffé l'article... Moi je m'y suis reconnu pour le côté cinfession de la chose et ça m'a fait penser à des trucs que moi je vis dans mon parcours. Merci et courage

  • #7

    Olivia,the lady luv (lundi, 09 avril 2018 10:00)

    Franchement Fabregas,avant je ne comprenais rien de ce que tu faisais,juste que tu etais graphiste et aujourd'hui tu as ajouter à graphiste,*freelance* que je ne comprends toujours rien,lol.Neamoins ce que je reconnais c'est que lorsque tu crois en quelque choses,tu uitilise tous les moyens possible pour te faire remarquer et cest un atout.Si depuis tout ce temps(années universitaires),tu y es toujours Fabrice,ce que cest du costaud,alors bats toi pour atteindre ton objectif car comme a dit l'artiste:"le segond nom de Dieu cest le temps"God is under controle...

  • #8

    franck ntsama (lundi, 09 avril 2018 11:15)

    Courage à toi fabrice, la vraie magie c'est le travail, un jour un jour ça ira Bien dans ce que tu fais et tes parents, ami (e) etc seront fiers de toi

  • #9

    Danielle Ngande (lundi, 09 avril 2018 12:40)

    J'avoue que c'est difficile à faire comprendre ce que tu fais. Mais on ne grandit pas quand tout est facile. Jusqu'ici tu as pu tenir, continues à etre fort et surtout à avancer.
    RIEN NE NOUS ARRETE!!!!!

  • #10

    Moss (lundi, 09 avril 2018 13:25)

    Je connais ca le Bwaff! dur! si t as pas le moral tu abandonnes! beaucoup ne comprennent pas que plus qu une source de potentiels gains d argent,faire ce qu on aime nous rend heureux!
    courage frangin!